Head Pierquet

En roulant, en partageant

En France et même au-delà, tous les amoureux de la route connaissent Alexandre Pierquet, grand goudronaute, journaliste, organisateur de voyages et éditeur. Il vient de publier une mise à jour de son guide Les plus belles routes de France. L’occasion d’une rencontre avec cette personnalité attachante, qui ne se lasse pas de rouler – et de partager.  

Roaditude – Alexandre Pierquet, vous vous décrivez comme un « amoureux des voyages par la route »… Quelles sont à vos yeux les particularités de ce type de voyages ?
Alexandre Pierquet – Il y a des ambiances particulières, comme le soir, lorsque le soleil décline, que la température devient plus fraiche et que la pénombre plonge le cockpit dans le scintillement des compteurs. A l’inverse, au lever du jour, on voit la route comme au cinéma avec comme écran son pare brise…

Et puis il y a l’aventure, celle qui nous permet de faire des rencontres lorsqu’on tombe en panne, la liberté d’improviser un itinéraire parce que le coup d’œil vous a tenté, ou encore la liberté de s’arrêter pour découvrir une spécialité d’un terroir.

Vous publiez une nouvelle édition de votre guide Les plus belles routes de France. Pouvez-vous nous expliquer quelles sont les intentions de cet ouvrage ?
Visiter la France par ces routes… Des routes panoramiques, gourmandes, joueuses (sportives), historiques ou mythiques, elles sont si variées et elles nous invitent a des découvertes qui nous transporte.

Lorsque j’ai été sollicité pour l’animation d’une émission de radio sur « les plus belles routes de France », j’ai recherché des routes qui soient méconnues, mais aussi puissent plaire à tout type de véhicule et d’équipage. Ce livre grand public, reprend les textes de mes chroniques radio.

Quels ont été vos critères de choix pour les 70 itinéraires que l’on trouve dans le guide ?
Je me suis mis à la place des conducteurs d’autos modernes ou anciennes, de motos aussi. Ensuite, je me suis atelé à trouver une couverture nationale d’itinéraires, que l’on peut faire en sortant de l’autoroute, pour découvrir une région et ses particularités.

Et enfin, j’ai dévoilé des trésors de découvertes que j’ai fait lors de rallyes automobile que je pratique en régularité ou en cartographie depuis 20 ans.

Il y a une mode du « voyage par la route », au point que les grands éditeurs de guides s’y intéressent. Quelles sont les spécificités de l’approche que vous proposez ?
En effet, les éditeurs proposent des guides de voyages par la route, mais finalement, on trouve toujours les mêmes itinéraires, qui sont souvent axés sur le patrimoine, les monuments – qui sont en ville.

La ville est devenue difficilement praticable, je recherche des parcours qui évitent les ronds-points, les rocades, les dos d’âne, pour profiter loin des sentiers battus et des embouteillages, du plaisir de conduire, d’éprouver une émotion de conduite.

Parmi tous ces itinéraires, lequel préférez-vous ? Pourquoi ?
Tout dépend des saisons ! Et de mes envies… Toute au long de l’année, j’ai un faible gastronomique pour la « route des crêtes des Vosges » et ses authentiques ferme-auberges proposant leurs produits du terroir.

En été, je ne peux m’empêcher de m’évader sur « la route de Mûrs », un itinéraire qui va de Gordes dans le Lubéron à Carpentras dans le Vaucluse, en passant par un des plus beaux villages de France où je m’arrête rituellement.

La Nationale 5, fait partie de mes alternatives pour éviter l’autoroute, lorsque je me rends en Italie, car elle passe par le Jura et la Suisse, en quelques heures on traverse  trois pays et donc trois terroirs, et des dizaines de spécialités qui multiplies les plaisirs de découvertes.

Qu’y a-t-il après « les plus belles routes de France »… D’autres projets ?
Je travaille depuis de nombreuses années sur « les plus belles routes du monde », un ouvrage qui sortira en 2018. J’en assurerais la promotion par des vidéos que j’ai faites tout au long de mes voyages.

En attendant, je souhaite partager mes escapades gastronomiques et routières en proposant des rallyes comme celui à venir : « Entre vignes et montagnes » de la route des crêtes des Vosges, en passant par la route des vins d’Alsace, pour finir sur la route des crêtes de la Forêt noire. Je ne me lasse pas de partager ces petits bonheurs.

———————–
Alexandre Pierquet, Les plus belles routes de France : 70 roadtrips et itinéraires en voiture, Bed and Historic Motors, 2017. Le guide peut être commandé en ligne.

(Interview : Laurent Pittet, Nyon, Suisse / Crédits photo : Bed and Historic Motors, Fotolia)

Share This