skip to Main Content
Carnet De La N7 (4/5) – De Valence à Aix-en-Provence

Carnet de la N7 (4/5) – De Valence à Aix-en-Provence

« 2000 ans d’histoire, 30 ans de légende » a l’habitude de dire Thierry Dubois, organisateur du rallye 100 Autos sur la Nationale 7. À bord de « Pamela », une Coccinelle ’66, l’équipage de Roaditude vous raconte ce périple de 6 jours sur la Route Bleue, de Paris à Menton.

C’est au moment où l’on est persuadé que la Nationale 7 nous a tout donné, qu’elle ne pourra plus franchir ce seuil de plaisir indépassable, qu’elle nous sort encore ses plus beaux atours. Rythmée par le chant extatique des cigales, la journée passée sous un soleil de plomb entre Valence et Aix-en-Provence, a révélé encore de bien belles surprises.


Incontournables ronds-points
– Le contraste est frappant avec les précédentes étapes. A mesure que nous nous enfonçons dans le Midi, les effets de la post-industrialisation des années 70-80, de la densification des zones commerciales qui ont provoqué les contournements et les rocades, de la pollution visuelle des publicités, de l’essor du nucléaire, sautent au yeux. L’hégémonie des ronds-points aussi, dont il faut bien se demander ce qui, hormis l’effet esthétique des prises de vue par hélicoptère du peloton du Tour de France se divisant à leur approche, relève de la valeur ajoutée et du confort de l’usager. Qu’on le célèbre ou qu’on le déplore, ils sont un élément désormais incontournable des infrastructures routières.


Relais
– Ils semblent perdus au milieu de leurs gigantesques parkings vides. Les relais routiers et restaurants de bord de route, qui jadis accueillaient des centaines de couverts, sont les vestiges d’une activité économique florissante dans le passé et qui remonte à la fin du Moyen Âge. La N7 s’est beaucoup développée autour des étapes gastronomiques. « Le Mistral », « L’Etape », « Le Relais du Soleil », entre autres, qui jalonnent la route.


Delphine et Louise
– L’idée préconçue selon laquelle les femmes n’ont pas le sens de l’orientation doit être – avec d’autres les concernant et ceux qui les ânonnent – définitivement jetée à la casse. Il n’est point de sexe faible, il n’y a que des stéréotypes révélateurs de faiblesse de la pensée. Dans son film Thelma et Louise, en 1991, Ridley Scott dressait le portrait de deux amies prenant définitivement la route et leur destin en main, laissant leurs ringards de mecs sur le bas-côté. Point de destin tragique pour Delphine et sa fille Louise, venues de l’état de New York pour parcourir la N7 en équipage 100% féminin. Mais de la classe, de l’intrépidité et une curiosité pour les trésors de la route, qui invitent au respect. Queens of the road… En Citroën Ami 6 de 1963.


Borne-musée
– A Piolenc, à quelques kilomètres au nord d’Orange, le Musée Mémoire de la N7 perpétue la culture et l’histoire de la Route Bleue, depuis les premières voies romaines. Voitures, cyclos, solex, motos et vélos d’époques, jeux de sociétés, cartes et photographies, parfois très anciennes, forment une collection impressionnante, d’où émergent quelques-unes de ces bornes mythiques rouges et blanches qui ont bâti la légende visuelle de la N7. On n’en dénombre malheureusement plus qu’une petite dizaine en place au bord de la route.


Panne
– La solidarité s’installe autour du conducteur en panne, instantanément. On oublie trop souvent à quel point les pannes étaient jadis, autant que des tuiles, des opportunités de rencontres qui permettaient l’expression d’une solidarité sans faille. Le périple des 100 Autos a eu droit ce jour à ses premières pannes (pétage de durite, entre autres) qui ont, de manière spectaculaire, pérennisé ces valeurs cardinales.


Suiveurs
– Le Tour de France a ses suiveurs, les 100 Autos sur la N7 aussi. Avec la température, leur ferveur a considérablement augmenté. Aux abords des villages, devant les maisons, aux carrefours, ils ont été des centaines à acclamer le cortège étiré, parfois retardé, sous un soleil de plomb. Ce sont eux les véritables héros de cette journée.


Sublimes voies de platanes
– Quelques kilomètres après avoir enjambé la Durance au Pont de Bonpas, au sortir de Saint-Andiol, la N7 se pare de ses plus belles allées de platanes et se donne, une fois encore, des airs de voie impériale.

——-
Lire les épisodes précédents : Episode 1Episode 2 Episode 3 Episode 5

(Texte : Nicolas Bogaerts, Bruxelles, Belgique / Crédit photo : Marc Charmey)

Share This
Back To Top