skip to Main Content
Friandises Pour Les Pupilles

Friandises pour les pupilles

Sur les belles carlingues et sur les carrosseries rutilantes, la photographe suisse Aline Kurth appose un regard séduisant, à la fois dense et doux, qu’elle a affûté dans l’exercice du portrait intimiste, du nu artistique et de la photographie d’architecture. Ses images sont des bonbons pour les yeux – n’hésitez pas à vous servir, ils sont là pour ça. 

Roaditude – Aline Kurth, quelle photographe êtes-vous ? Pouvez-vous vous présenter pour nos lecteurs ?
Je me présente, Aline Kurth, collectionneuse compulsive d’images, et photographe autodidacte totalement décomplexée !

En matière de photographie, quelles sont vos coups de cœur et vos influences ?
Photographe de la rue très influencée par l’univers du cinéma, de l’architecture, de l’art et de la peinture. Cela se traduit par les histoires que je mets en scène parfois pour conter mon univers. La lumière où le travail des ombres est récurrent. Sans doute dû à mes études d’architecture.

Viviane Maier, bien sûr, son parcours, son obsession pour la photographie et son histoire me font écho. Cependant, il y a aussi l’art de la Renaissance ; ou Noriko Yabu, photographe japonaise ; ou l’univers de l’artiste-réalisatrice Pipilotti Rist ; ou, encore, l’architecte Oscar Niemeier ; ou Tadao Ando ; ou la musique jazz, électro ; ou l’Argentine ; ou l’odeur de la forêt amazonienne après la pluie ; ou celle d’un chocolat chaud… Tout cela m’inspire véritablement.

L’automobile est un thème récurrent, et étonnant, de votre travail. Votre papa était garagiste, c’est ça ?
(Rires)… Non, pas du tout, mais il est vrai qu’il m’avait fabriqué un garage pour mes petites voitures ! J’ai toujours aimé les belles mécaniques. Les admirer, les écouter et surtout les piloter ! Et maintenant, les photographier.

Il y a un souvent une grande subtilité colorimétrique dans votre travail, qui se retrouve notamment dans la série Cars. Pouvez-vous nous expliquer votre processus de « post-production » ?
Merci. J’aime « tamiser » les couleurs, les aciduler puis j’augmente le grain pour une note plus féminine, plus douce dans cet univers tout de même très masculin. Jusqu’à en devenir des friandises, comme une petite douceur pour les pupilles.

La route, c’est un thème qui vous inspire ?
Oh oui, une source d’inspiration inépuisable !

Sur quoi travaillez-vous en ce moment, et quels sont vos projets créatifs ?
En ce moment, je travaille sur plusieurs projets. Cependant, un me tient particulièrement à cœur. Je sculpte  de petites têtes en terre blanche, de tailles plus ou moins équivalentes, mais chacune est différente, unique. Puis, je crée des familles au fil de mes envies, que je photographie (en noir et blanc, cette fois-ci) ou que je filme. Le tout donne un genre de carnet de voyages d’explorateur.

Par ailleurs, je suis en train d’installe mon atelier-bureau à La Neuveville, en Suissem près de Neuchâtel. Cela me réjouit particulièrement de pouvoir accueillir du monde dans mon univers, et de pouvoir m’y consacrer entièrement.

—————
Voir le site Internet d’Aline Kurth
Suivre la page Facebook d’Aline Kurth

(Interview : Laurent Pittet, Nyon, Suisse / Crédits photo : Aline Kurth)

Share This
Back To Top