skip to Main Content
Mythologie De La Route : Le Viêt Nam, Ou La Route Débridée

Mythologie de la route : le Viêt Nam, ou la route débridée

Chaque route a son odeur, sa texture, ses particularités et son code. Aux Émirats arabes unis, les chameaux ont toujours la priorité sur les véhicules ; en Allemagne, les conducteurs ont le droit d’être nus au volant ; en Italie, les chiens doivent porter une ceinture de sécurité ; au Luxembourg, le pare-brise est facultatif mais les essuie-glaces sont obligatoires ; au Danemark, la loi impose de regarder s’il n’y a pas d’enfants sous sa voiture avant de démarrer ; au Royaume-Uni, les automobilistes peuvent se soulager en bordure de route uniquement s’ils urinent à côté du pneu arrière tout en gardant la main droite en contact avec leur véhicule.

Au Viêt Nam, il n’y a pas de règles. Ou plutôt il n’y en a qu’une : il faut s’attendre à tout. Conduire là-bas est une expérience inoubliable, à la fois merveilleuse et terrifiante. Pour celles et ceux qui auraient envie d’essayer, voici quelques petits trucs à savoir.

Le royaume du deux-roues motorisé
Rien qu’à Saïgon, la plus grande cité du pays, on comptait l’année dernière huit millions et demi de cyclomoteurs pour huit millions d’habitants (à titre de comparaison, il y en a à peine trois millions dans toute la France, soit un pour vingt-deux habitants). Inutile de vous faire des illusions : dans les métropoles, vous ne serez jamais seul sur la route. Il vous arrivera même d’être arrêté à un feu rouge avec à vos côtés un millier (!) d’autres motos, scooters, vélos électriques et autos. Et lorsque cette invincible armada mécanique se mettra lentement en branle (vu la densité de la circulation, il est difficile de dépasser les trente kilomètres/heure en ville), vous aurez curieusement l’impression d’être un cavalier sur un champ de bataille juste après que le général ait sonné la charge.

Le klaxon
Contrairement à ce qui a cours en Occident, où la philosophie des usagers de la route tient plus ou moins en six mots (« Moi ma gueule, toi ta gueule ») et où ceux-ci se font régulièrement des queues de poisson, se collent, klaxonnent, hurlent et s’insultent voire descendent de leurs véhicules pour en venir aux mains, au Viêt Nam ce type de comportement agressif (« la psychopathie du volant » ?) est rare. D’ailleurs, dans ce pays, le klaxon n’est pas un instrument destiné à se défouler ni à traduire du mécontentement ou de la colère. Si les Viêtnamiens en usent et abusent et que cela peut tout de même vite devenir stressant, celui-ci sert principalement à avertir les autres de sa présence, à dire « attention, au cas où vous ne m’auriez pas vu, je suis là ». Exactement comme l’écrivait Blaise Cendrars dans un de ses poèmes, à Saïgon, Hanoï ou Danang, « toute la ville retentit de jeunes klaxons qui se saluent, de jeunes klaxons qui nous raniment ».

Les rétroviseurs et les clignotants
Accessoires complètement inutiles puisque les Viêtnamiens ne regardent pas derrière eux et se soucient peu de savoir s’il y a quelqu’un avant de tourner ou de s’engager sur la chaussée. Il y a un accord tacite entre les conducteurs, une sorte de « priorité à l’avant » : vous ne devez faire attention qu’à celui qui vous précède, et c’est déjà bien assez.

Les panneaux d’interdiction
La plupart des gens les ignorent consciencieusement. Même les feux rouges, ils les considèrent plus comme des suggestions que comme des injonctions ! Que vous soyez dans votre droit ou pas, il faudra donc constamment rester vigilant. Ce n’est pas parce qu’il y aura une interdiction de dépasser que personne ne vous doublera, par la gauche mais aussi par la droite ; ce n’est pas parce que vous serez dans une rue à sens unique que vous ne verrez pas arriver à contre-sens, la nuit, sans phare, une moto chargée d’un ou deux cochons vivants et grouinant.

La loi du plus gros
Savoir qui a la priorité sur les routes viêtnamiennes est très simple : c’est le véhicule le plus gros qui l’emporte toujours. Les camions et les bus sont par conséquent placés tout en haut de l’échelle, suivis dans l’ordre par les voitures, les motos, les vélos et en dernière position les piétons. Êtres inférieurs et presque inexistants, ces derniers n’ont droit à aucun égard. Là-bas, seuls ceux ne pouvant pas faire autrement marchent (par exemple les gens très pauvres qui n’ont même pas les moyens de se payer une bicyclette), ou alors ceux ayant moins de vingt mètres à parcourir. Et aussi les touristes, que l’on reconnaît facilement à leur air anxieux lorsqu’ils arpentent les trottoirs, se demandant comment atteindre sains et saufs le restaurant d’en face… On en a d’ailleurs vu mourir de soif et de faim avant d’oser traverser… Car il y a une chose essentielle qu’il faut comprendre si vous circulez à pied : à moins d’être sur un passage piéton au niveau d’un feu tricolore, aucun véhicule ne s’arrêtera jamais pour vous laisser la priorité et vous devrez donc vous frayer votre passage vous-même. Attendez qu’il n’y ait aucun engin à quatre roues en vue (ce sont les plus redoutables car ils ne sont guère enclins à freiner pour un simple bipède) et engagez-vous lentement d’un pas régulier. Quand vous serez lancé, ne pilez pas brusquement ou ne vous mettez pas à courir. Tant que les motards et les cyclistes arriveront à lire votre trajectoire et à anticiper vos mouvements, ils vous contourneront et tout ira bien.

————————-
Lire les précédentes chroniques : Avril 2016Mai 2016Juillet 2016 Septembre 2016 Décembre 2016Janvier 2017 Mars 2017 Mai 2017

(Texte : Gérald Berche-Ngô, Bruxelles, Belgique / Crédit photo : Fotolia-EugeneF)

Share This
Back To Top