skip to Main Content
Une Odyssée Nonchalante Sur Les Routes De France

Une odyssée nonchalante sur les routes de France

Premier long-métrage de la réalisatrice suisso-franco-iranienne Maryam Goormaghtigh, Avant la fin de l’Eté s’avère être une réussite totale. Tendre et poétique, ce road movie aborde avec subtilité la politique, la religion, les différences entre la France et l’Iran, et même… les techniques de drague! Une réédition des Lettres Persanes à la sauce contemporaine, en somme.

Lorsqu’Arash annonce à ses amis Ashkan et Hossein qu’il va arrêter ses études à Paris pour rentrer en Iran (volontairement ou contraint, on ne sait pas vraiment), ces derniers l’embarquent pour une dernière virée vers le sud. L’occasion de se dire au revoir (adieu?) et de passer quelques derniers moments ensemble. Ashkan et Hossein ne s’en cachent pas: leur intention est de faire changer d’avis à Arash pour qu’il reste en France… Il pourrait par exemple tomber amoureux, ce serait l’idéal! Et nos trois compères de prendre la route, suivant une trame mi-écrite, mi-improvisée.

Lettres Persanes
La descente vers la mer, la traversée de villages sans âme de la France profonde sur des routes anonymes offre l’occasion, aux trois amis, d’une flânerie sans véritable but: ils draguent, picolent, expriment leur amour pour le pays d’accueil et pour l’idéal républicain d’égalité et de liberté. Ils évoquent souvent leur patrie – évoquée dans le film sous l’aspect d’une contrée fantomatique et onirique. Arash, Ashkan et Hossein comparent les mérites des deux pays, lisent des poèmes d’Omar Kayyam (poète persan du XIème siècle). Savourent leur liberté sociale, rencontrent deux rockeuses sympa, marivaudent. Dans une ambiance parfois contemplative, ils observent les moeurs populaires françaises sans aménité, mais avec finesse: on pense bien sûr à Montesquieu. Le film évoque aussi la mythologie grecque: comment ne pas voir en Arash un Ulysse moderne que ses deux amis tentent de retenir en France, comme Cythère l’avait fait sur son île avec le héros grec? Et puis, il y a le fatalisme de Hossein, qui déclare lors d’une tentative de séduction, “le destin décidera, nous ne sommes que des marionnettes.”

Naturels, posés, matures, polis et respectueux des femmes, pour tout dire civilisés, Arash, Ashkan et Hossein peuvent aussi servir d’exemples en ces temps troublés où les femmes commencent à témoigner du harcèlement ou des agressions sexuelles dont elles sont trop souvent victimes: ils sont l’incarnation mêmes de ce que doit être un gentleman. Et c’est toujours bon à prendre.

La bande-son, géniale, toujours à propos, nous fait découvrir des artistes pop iraniens (Sattar, Googoosh), invoque le rock des Coasters (Down in Mexico), la contrebasse jazzy de Marc Siffert, et même le garage rock minimaliste et énervé des deux protagonistes féminines du film, Michelle et Charlène, qui donnent un concert surréaliste des Belmont Witch sur la plage, entourées de beaufs apathiques et rougeauds!

Bémol
Finalement le seul bémol de ce film, c’est qu’il est trop court… En effet, on reste un peu sur sa faim, on aimerait en savoir plus sur nos héros, ce qu’il va advenir d’eux après le clap de fin, car il reste une incertitude sur leur sort: Arash va-t-il rentrer en Iran? Hossein reverra-t-il un jour sa patrie, lui qui a échappé au service militaire en désertant?  Mais cela ne nuit en rien à la magie d’Avant la fin de l’été, ni à son charme indéfinissable, qui perdurent longtemps après la vision du film!

——————————————————————————–
Avant la fin de l’Eté, un film de Maryam Goormaghtigh, avec : Arash, Hossein, Ashkan, Charlotte et Michèle, dans leurs propres rôles. 2017.

(Texte : Nicolas Metzler, Genève, Suisse / Crédits photo : Intermezzo Films, 4A4 Productions, Sunny Independent Pictures, Salvajes Productions, RTS)

Share This
Back To Top