skip to Main Content
Le Sombre Joyeux De Gabriel Balagué

Le sombre joyeux de Gabriel Balagué

A découvrir dans le numéro 5 de Roaditude (sortie avril 2018), un essai photographique original du photographe suisse Gabriel Balagué – essai réalisé sur les routes des Açores en 2017. Discret et atypique, Gabriel Balagué brouille les pistes, ou plutôt prend les chemins de traverse, exprimant des ressentis au moyen de registres inattendus, et a priori inappropriés. Au final, un travail superbe, et déconcertant. Rencontre.

Roaditude – Gabriel Balagué, quel photographe êtes-vous ? Pouvez-vous vous présenter pour les lecteurs de Roaditude ?
Gabriel Balagué – Je pourrais pas le dire, je préfère ne pas me fier à la perception et l’interprétation que j’ai de moi-même. Ce que je peux affirmer, c’est que j’ai toujours exercé la photo de façon intuitive, sans trop de réflexion ou de catégorisation dans un genre, en prenant autant de plaisir dans les mandats culturels ou commerciaux que dans mes travaux perso. Je me nourris beaucoup de collaborations et accepte tout projet qui me paraisse intéressant. Depuis des années, je fais aussi pas mal de street shooting quand je suis en vadrouille, je le pratique de manière naturelle en garant toujours une partie de mon attention concentrée sur l’environnement qui m’entoure. A côté de ça, je fais de la vidéo, avec des mandats de clips ou de court-métrages. Je suis curieux de tout et je dis souvent que le grand privilège de ce métier est qu’il te permet de graviter dans des environnements et des milieux hyper-variés. J’exerce aussi d’autres activités dans l’optique d’élargir tant que possible mon champs de compétences et d’activités, ce qui me permet de ne pas m’angoisser quand il y a moins de boulot.

Quelles sont vos influences et vos coups de cœur en matière de photographie ?
Pour être honnête, je n’ai jamais eu cette volonté intellectuelle de retenir et de citer des références. Depuis ado, je suis fasciné par l’image, je consomme et analyse de façon boulimique des films et tout ce qui se retrouve entre mes mains ayant du contenu visuel, volontairement ou de façon imposée comme la pub, sans vraiment me soucier de qui est la femme ou l’homme qui est derrière. Mon influence viens initialement du milieu du skate qui, de la vidéo m’a amené à la photographie, puis essentiellement des créatif-ves de tous milieux confondus, avec lesquels j’ai grandi. Cependant, une personne a eu une influence inestimable, tant dans ma vie personnelle que dans mon développement professionnel: Rylsee, un frère de coeur et un grand artiste qui m’inspire et m’encourage de façon inconditionnelle depuis 16 ans.

Il y a chez vous une colorimétrie particulière, qui confine parfois au lugubre. Quel sens faut-il lui donner ?
J’ai intuitivement toujours tendu vers le sombre plus que le lumineux dans mes images. A mon sens cela n’a rien lugubre, peut-être mélancolique, oui, mais certainement pas lugubre. Le traitement de mes images est une interprétation de ce que j’ai ressenti en général. Dans le cas de cette série, je peux assurer que mon ressenti sur place était agréable, joyeux et plein d’amour.

En quoi la route est-elle un thème qui vous inspire ?
Je suis amateur des road trip entre amis et avec ma compagne. Je bouffe des kilomètres lors de mes escapades. J’ai ce besoin d’être en mouvement et de découvrir beaucoup d’endroits, d’y rester 1 à 3 jours, et puis continuer. J’ai passé un mois au Maroc en début d’année durant lequel j’ai fait plus de 2300 kilomètres. Avoir le privilège de vadrouiller comme ça, très souvent en voiture et avec les gens que j’aime, m’anime d’un sentiment de liberté et de bien-être.

Dans le numéro 5 de Roaditude (sortie avril 2018), vous présentez un essai issu d’un voyage aux Açores. Pouvez-vous nous présenter votre démarche ?
A part une expo sur Cuba, il y a huit ans, et une expo sur les jeunes il y a 4 ans, je diffuse assez peu mes travaux perso. Un jour, un ami m’en a parlé de la revue, j’ai trouvé super le concept et j’en ai vraiment apprécié le contenu visuel. Comme je suis pas mal sur la route de manière générale, je me suis mis en tête que ce serait chouette d’avoir une publication dans Roaditude. J’ai photographié dans cette optique et je vous ai proposé une série, ça vous a plu et j’en suis très heureux.

Quels ont été les temps forts de votre voyage aux Açores, en termes de route ?
Le plus fantastique, aux Açores, c’est cette impression de vivre quatre saisons dans une même journée comme ils disent là-bas. Tu peux être sur la côte, ambiance bord de mer et soleil qui tape puis tu grimpes sur les hauteurs où tu te retrouves dans le brouillard épais et tu te les gèles. Une végétation luxuriante due à ce climat particulier s’admire même en bord de route. Là-bas plus qu’ailleurs il m’arrivait de m’arrêter des dizaines de fois sur de courtes distances pour shooter, comme vous pouvez vous en rendre compte je suis plus brouillard que soleil. Pour l’anecdote, j’ai quand même réussi à défoncer le réservoir d’huile de la voiture de location en prenant une route non balisée qui, si tu y réfléchis plus de 7 secondes, n’était pas praticable avec une citadine.

Des projets pour l’avenir ?
Notamment, un projet au Maroc où je vais retourner prochainement et un court métrage dont le tournage est prévu en juillet à Marseille. Ensuite, ça vient comme ça vient, tout projet que l’on me proposera et qui me plaira sera le bienvenu.

—————–
Pour en savoir plus sur Gabriel Balagué, vistez son site Internet. Vous avez également la possibilité de consulter son compte Instagram.

(Interview : Laurent Pittet, Nyon, Suisse / Crédits photo : Paul Hegi pour le portrait de tête, Gabiel Balagué)

 

 

 

Share This
Back To Top