skip to Main Content
En Ferrari Dans Les Alpes

En Ferrari dans les Alpes

Toutes les Ferrari ne sont pas des voitures dont les performances hors du commun ne peuvent être appréciées que par deux occupants. Depuis 1960, la marque de Maranello, fondée en 1947, propose également des voitures à quatre places. La dernière en date est la GTC4 Lusso au volant de laquelle nous avons eu le privilège d’escalader trois des plus beaux cols des Alpes suisses: ceux du Susten, de la Furka et du Grimsel. Une place de jeux idéale pour cette maîtresse des cols!

L’appellation GTC4 fait directement référence à celles de la 330 GTC 2+2 de 1966 et de la 330 GT 2+2 de 1964 qu’Enzo Ferrari, le fondateur de la marque aimait conduire personnellement. Plusieurs photos en attestent, dont celle que nous reproduisons ci-dessous.

«Mon père appréciait beaucoup les Ferrari à quatre places», se rappelle son fils Piero Ferrari. «Surtout à partir du moment où il a dû se déplacer aussi bien avec son chauffeur, Peppino Verdelli, qu’avec son chien, ce qui n’aurait pas été possible avec une stricte deux places.»

Enzo Ferrari souhaitait néanmoins que ses voitures à quatre places restent fidèles à l’ADN de la marque, à savoir proposer des performances d’exception malgré le fait que les dimensions et l’habitabilité soient nettement plus généreuses. Un souhait auquel la GTC4 d’aujourd’hui ne déroge guère. Jugez-en plutôt: son moteur 12 cylindres de 6262 cm3 délivre une puissance de 690 ch qui la propulse de 0 à 100 km/h en à peine 3,4 secondes. La vitesse maximale annoncée par Ferrari s’élève quant à elle à 335 km/h!

Ces 690 ch permettent à la GTC4 Lusso de s’intercaler entre la Porsche Panamera Turbo S eHybrid de 680 ch et la Porsche 911 GT2 RS de 700 ch que nous avions essayée lors du récent road trip que la marque de Zuffenhausen avait organisé afin de fêter dignement son 70e anniversaire (lire notre article).

Si nous n’avons pas pu vérifier la vitesse de pointe de la GTC4 Lusso sur les trois magnifiques cols du Susten, de la Furka et du Grimsel, nous sommes toutefois en mesure de vous confirmer que les accélérations de la «bête» sont tout simplement hallucinantes malgré un poids à vide de 1790 kg.

Ses performances exceptionnelles, ses quatre sièges très luxueux et sa tenue de route irréprochable illustrent parfaitement son caractère polyvalent. Cette Ferrari susceptible de transporter quatre adultes n’est pas seulement une grande routière capable d’avaler, très rapidement et surtout très confortablement, des centaines de kilomètres d’autoroute. Elle peut également escalader des cols avec une agilité et un dynamisme insoupçonnés pour une voiture qui mesure près de cinq mètres de long. Et cela également sur des chaussées enneigées étant donné que le 4 de son appellation GTC4 se réfère aussi bien à ses quatre places qu’à ses quatre roues motrices.

Contrairement à la Ferrari FF à laquelle elle a succédé, les roues arrière de la GTC4 Lusso sont désormais également directrices. Le chiffre 4 pourrait donc également se référer à ses quatre roues directrices. Celles-ci permettent d’enrouler encore mieux les nombreux virages en épingle qui ont ponctué notre parcours. Un vrai régal. Ce d’autant plus qu’il s’accompagne d’une symphonie en douze cylindres qui atteint des sommets de musicalité lorsque l’on se faufile entre les parois rocheuses ou que l’on traverse un tunnel après avoir positionné sur sport le manettino judicieusement placé sur le volant.

Sur les routes de montagne que nous avons empruntées au sein d’un convoi de sept Ferrari GTC4 Lusso, davantage que les accélérations d’un virage en épingle à un autre, ce sont les reprises qui s’avèrent déterminantes. Celles distillées par notre Ferrari d’un jour sont exemplaires. Le moteur d’un peu plus de six litres développe en effet un couple maximal de 697 Nm à 5750 tr/min dont 80% sont disponibles dès 1750 tr/min. La GTC4 Lusso offre ainsi une réactivité invraisemblable déjà à bas régime.

Un autre aspect de la polyvalence de la GTC4 Lusso réside dans sa faculté à se métamorphoser en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire. Le monstre, qui éclate dans des colères grondantes et qui rugit à chaque passage de rapport sur des routes de montagne négociées à vive allure, se transforme en un véhicule docile capable de traverser les localités dans un silence de cathédrale.

Cette docilité n’est pas étrangère à la boîte à double embrayage à sept rapports qui permet à tout un chacun de conduire un tel bolide. Que du bonheur! D’autant plus lorsqu’il est partagé au sein d’un petit groupe de journalistes dont certains ne manquaient guère d’humour.

C’est notamment le cas de Markus qui, en nous voyant remplir le formulaire où nous devions apposer notre signature tout en indiquant le numéro de notre permis de conduire avant de nous installer au volant, nous a lancé: «Fais attention, il s’agit d’un contrat de vente!» Si cela avait vraiment été le cas, il aurait été préférable de gagner à la loterie au préalable….

Si votre compte en banque n’est pas particulièrement fourni ou si vous ne possédez pas de permis de conduire, sachez que les cars postaux proposent, au départ de la gare de Meiringen, le même itinéraire que celui que nous avait concocté le service de presse de Ferrari. Les vitesses de passage, notamment en courbe, sont certes nettement moins élevées qu’à bord de la GTC4 Lusso mais les paysages, d’une beauté à couper le souffle, demeurent identiques!

———————-
Pour voir en action la Ferrari GTC4 Lusso et entendre ainsi la musicalité de son moteur 12 cylindres, voici la vidéo officielle de Ferrari.

(Texte : Laurent Missbauer, Pont-la-Ville, Suisse / Crédits photo : Ferrari/Lennen Descamps, Ferrari spa et Suisse Tourisme)

 

Share This
Back To Top